Seleccionar página

Minorque,
perle des Baléares

Le voyageur expérimenté sait reconnaître dans chacune des îles qu´il visite ce qui la fait particulière. Dans le cas de Minorque cela est très clair. Cette île bien qu´intégrée dans l´archipel des Baléares est une réalité à part, historiquement mais aussi dans l´âme des minorquains, Minorque se régit par ses propres données insulaires. Il s´agit d´un monde à part au sein même des Baléares qui sont à elles seules une Communauté Autonome dans le mosaïque (ou labyrinthe) espagnol.

Histoire de Minorque

Depuis l´aube de l´Humanité de nombreux peuples sont passés par ici et ont dominé l´Ile.

À une première étape de civilisation primitive qui se perd dans le temps succède un brillant âge de Bronze caractérisé par l´apparition aux Baléares, et singulièrement sur Minorque, de la Culture Talayotique, qui nous a laissé d´impressionnants édifices généralement circulaires dont la fonction (militaire? civile? Cérémoniale ?) est encore obscure.

Cette civilisation, avec certaines variations locales, se retrouve dans plusieurs îles méditerranéennes (Malte, Sardaigne, etc.)

Les Phéniciens appellent Nura (Terre de Feu) l´Ile. Pour les grecs phocééns elle sera Meloussa (île d´élevage) et ils établiront avec ses habitants des relations commerciales pacifiques. Mais les carthaginois envahiront l´Île avec d´autres intentions et les troupes de Magon, frêre
d´Annibal, recrutent à la force les habiles guerriers minorquins, experts en l´utilsation de la fronde comme arme de précision. Ils joueront un rôle important lors des Guerres Puniques. Ce sont aussi les carthaginois qui fonderont Jamma (Ciudadela) et Magón (Mahon).

La culture talayotique survivra tant bien que mal jusqu´à ce que le général romain Quintus Cecilius Metilius (plus tard surnommé “balearicus”) conquiert l´île au nom de Rome en 123 avant J.C. avec le reste des Baléares.

En 427 après J.C. ce sont les Vandales qui envahissent l´île, qui passera ensuite aux mains des byzantins. Viennent ensuite des siècles obscurs qui verront l´île souffrir les attaques de normands et pirates arabes en maintes occasions. Minorque est isolée et appauvrie jusqu´en 903 , lorsqu´elle passe sous le pouvoir musulman. Le Califat de Cordoue s´en ampare et la rebaptise al-Manurqa.

Quatre siècles plus tard la Couronne d´Aragon domine Minorque sous Jaume 1º le Conquérant et l´annexe finalement en 1287, le 17 janvier, qui devient fête locale. Les musulmans sont déportés et vendus comme esclaves. L´île est reocuppée par des colons catalans qui importent leurs us et coutumes ainsi que leur langue: le catalan. Mais ici on parle toutes les langues , comme il sied à une île mille fois conquises. 

A partir du XIVº siècle, l´île souffre une forte diminution de la population, due aux probèmes entre paysans et aristocratie, ainsi qu´aux ataques répétés des Ottomans.

Finalement Minorque, semi abandonnée, est envahie par les troupes britanniques en 1708, l´économie de l´Ìle reprend de l´élan dûe essentiellement à la présence de la base navale de Mahon. Mais elle devient aussi un grand centre de contrebande. Vous trouverez les vestiges de l´époque coloniale britanique dans Maints édifices de Mahon.

Minorque est ensuite prise par les français en 1756 mais revient à l´Angleterre au Traité de Paris de 1763.

En 1782 nouvelle conquête cette fois par les troupes franco espagnoles . et finalement c´est l´Espagne qui la reçoit définitivement en 1802. Une Histoire torumentée comme il y en existe peu, et ceci est dû essentiellement à la situation géographique de cette île qui permet depuis ces bastions un contrôle de la Méditerranée centrale exhaustif.

Mais l´Histoire de Minorque devait encore connaître des journées tragiques. L´Île reste fidèle à la République durant la Guerre Civle et sera des derniers bastions à tomber. Il s´ensuivra de cruelles représailles et des fusillements indiscréminés avant et après la rendition.

Île tourmentée dans son Histoire comme déchirée dans son littoral, Minorque est unique.

 

La NAVETA DEL TUDONS est un monument funéraire de plus de 3000 ans. 

Géographie et statistiques

l´île occupe une superficie de 701,80 km2 et son point le plus élevé culmine à 358 metros (mont Toro). La population est de 91.600 habitants appelés menorquins. La capitale est Mahon, bien que les habitants de Ciutadela ne soient pas vraiment d´accord. Les principales villes sont Mahon Ciudadela de Menorca, Alayor, Villacarlos, San Luis, Ferrerias, Mercadal, Fornells, Migjorn Gran. 

Minorque réserve de la Biosphère

Minorque est une île singulière au paysage rural traditionnel très riche. Elle accueille une diversité significative d’habitats méditerranéens, où vivent une faune et une flore exceptionnelles, certaines espèces étant en danger d’extinction.

L’UNESCO a déclaré Minorque réserve de la biosphère le 8 octobre 1993 reconnaissant le niveau élevé de compatibilité entre le développement des activités économiques, la consommation de ressources et la préservation d’un patrimoine et d’un paysage d´une qualité exceptionnelle. 

Des activités différentes:

Le “Camí de Cavalls”

Toute la côte de l´île est une immense réserve de beauté sauvage et d´eaux cristallines.

Les plages se succèdent à l´infini et le touriste peut flâner à son aise et changer de cala tous les jours.

Le moyen de locomotion pour quelques jours sera évidemment la voiture de location (préférez-la petite). Mais attention il faut s´y prendre bien à l´avance, la flotte n´est pas très nombreuse, et c´est tant mieux pour l´environnement. Vous aurez la possibilité également de louer une moto, voire un scooter. Et enfin les plus sportifs auront la possibilité de louer une bicyclette. Quoi qu´il en soit, et au risque de nous répéter: pensez-y à l´avance.

Il existe enfin la possibilité remarquable de faire un parcours à cheval. Vous prendrez pour cela le “Camí de Cavalls” , sentier circulaire unique au monde et qui vaut à lui seul la visite de l´île.

Ses origines remonteraient à l’époque du roi Jaime II qui aurait ordonné aux chevaliers d’avoir toujours un cheval armé pour défendre l’île et ses habitants. Le chemin serait donc la conséquence de cette ordonnance royale. Son aspect défensif le maintint en état  des siècles durant, mais il fallut au XXº siècle un véritable effort commun de toute l´île pour en faire ce qu´il est aujourd´hui, témoin silencieux du passé turbulent de ce coin de Méditerranée.

L’histoire du Camí est ancienne et très bien documentée. Sous la première domination anglaise, le gouverneur Richard Kane estima en 1739 qu’il était un « chemin royal » et il ordonna de le maintenir « propre et praticable comme antan ».

Quelques années plus tard, en 1758, ce fut le gouverneur français, le Comte de Lannion qui ordonna de l’entretenir et de l’élargir. Sur la première carte de l’île dont on a connaissance, réalisée en 1780 par le cartographe Louis Stoki d’Arc de la Rochette, figure déjà le Camí de Cavalls. Deux ans plus tard, le Comte de Cifuentes, gouverneur espagnol dit que « les chemins appelés de chevaux doivent être ouverts et complètement libres afin d’y pouvoir circuler librement… »

Au XXIème siècle et en réponse à une demande sociale, le Parlement des Iles Baléares approuva la loi du Camí de Cavalls (Loi 13/2000 du 21 décembre) ayant pour objectif de consolider l’usage général, libre et gratuit dudit chemin. 

Nous vous invitons à faire le Camí, à faire le tour de l’île de Minorque, avec tranquillité, respect de l´environnement et un guide de l´Histoire de Minorque dans la main. Ce chemin fait non seulement le tour de l´île, il vous transporte vers le passé de celle-ci. 

Aujourd´hui le “Camí de cavalls” a une longueur de 185 km divisés en 20 étapes. Bien que la hauteur moyenne soit de 125 m, le dénivelé cumulé est de 4000 m. Ça monte et ça descend… On peut  commencer la route à n´importe quel endroit néanmoins il existe un point de départ situé à la Culàrsega, ao Port de Mahón. Il est homologué comme sentier GR 223 et vous trouverez des repères tours les 50-100 m. 

5 + 2 =

Quelle époque choisir pour visiter Minorque?

On est toujours bien reçu à Minorque, et même si l´été est la haute saison touristique
l´ambiance n´est jamais excessivement “dense” quant au tourisme.

Si vous désirez la baignade et le farniente des calas, l´été, voire l´automne.

Pour la navigation de plaisance, attention à la tramontane , la fin du printemps et le début de
l´été sont conseillés (un dicton marin espagnol veut que les ports les plus sûrs de la Méditerranée soient Mahon et le mois de Juillet…).

Ballades à cheval et randonnées pedestres: automne hiver et printemps. 

Recevez-vous nos reportages et offres spéciales? contact@espagne-tourisme.com