+34 - 626799654 info@senzia.es
Seleccionar página

PEÑISCOLA

Peu de villes côtières espagnoles sont tant appréciées par les français. Nous sommes nombreux, chaque année, à parcourir les 375 km qui séparent la frontière franco espagnole d’une de nos stations balnéaires préférées sur la Méditerranée.

Vous descendrez vers le sud en suivant le littoral par l’Autoroute AP7 (désormais gratuite, à prendre en compte) et la N340 (sortie 43).

Si vous préférez le train, c’est à la gare de Benicarló-Peñíscola que vous descendrez, à quelques kilomètres du centre-ville, à faire en taxi ou en bus.

Nous sommes au nord de la Communauté Valencienne, à mi-chemin entre Barcelone et Valence. Le territoire de municipal s’étend sur 79km2, dont 17km2 sont parallèles au littoral, et dans son ensemble elle est répartie de façon équitable entre les superficies forestières et les cultures méditerranéennes du soleil telles que l’oranger, l’olivier et l’amandier. Ce sont 8500 peñiscolanos et peñiscolanas qui vivent en permanence dans ce coin de paradis (100.000 en été).

POURQUOI AIMONS-NOUS TANT PEÑISCOLA?

Peñiscola réunit pour le touriste français tout ce  qui le motive. La Méditerranée, douceur et lumière, la culture et surtout l’Histoire, que nous apprécions tout particulièrement, la Gastronomie, tout spécialement ses produits de la mer et du terroir, et tout ceci dans une infrastructure  particuièrement soignée et hospitalière. La vieille ville contraste avec les nouvelles rues et avenues de la zone moderne. Les eaux chaudes en été et en automne baignent les longues plages de sable fin au nord de la citadelle et les magnifiques criques bordées de falaises abruptes au sud. En faut-il plus pour décider chaque année des miliers de français à se décider pour Peñiscola.

LA VIEILLE VILLE MÉDIÉVALE ET LE CHÂTEAU DU PAPE LUNA

Le château de Peñiscola ou château du Pape Luna est une forteresse templière achevée en 1307. Il est situé sur un promontoire dominant la mer de soixante-quatre mètres, sur une péninsule dont l’isthme disparaissait parfois lors de tempêtes dans les temps anciens, balayé par les vagues.

Son style est gothique et très austère, et à l’intérieur de son enceinte fortifiée, à laquelle vous pouvez accéder par trois portes différentes, Sant Pere, Portal Fosc et Santa María, et son état de conservation est exceptionnel, valant à lui seul la visite de la ville.  

En savoir plus...

De l’année 718 lorsque le général berbère Tarik conclut la conquête musulmane de la plus grande partie de la Péninsule Ibérique jusqu’en 1233, la ville de Peñíscola vit sous domination sarrazaine. Peu de détails de cette période sont parvenus jusqu’à nous. Les géographes arabes se réfèrent à Peñíscola (qu’ils appelleront Banáskula ou Baniskula par adaptation du nom du lieu à leur langue) comme un château imprenable en bord de mer, qui possède des fermes alentours, des cultures, disposant d’eau en abondance et d’importants marais salants.

Depuis la forteresse, qui fait frontière avec le christianisme, les Maures piratent la côte et font des incursions en Catalogne.

Peñíscola sera le lieu de naissance de personnages illustres tels que le Roi Loup Mohamed ben San, Aben Mardanis (1124) qui réussit à maintenir un royaume musulman dans le sud-est de la péninsule ibérique contre les envahisseurs berbères, et l’écrivain Ali Albatá, qui négocia avec le roi Jaume I d’Aragón la reddition de la place en 1233.

En effet, bien qu’il l’ait assiégée en 1225 deux mois durant, ce n’est qu’après la prise de Burriana, isolant la forteresse sur la mer du reste des territoires musulmans, que Jaume I entre enfin dans la ville, sans livrer combat. Il respectera dans un premier temps les us et coutumes ainsi que les propriétés des anciens seigneurs maures.

Néanmoins en 1251, ce même souverain accorde une charte de colonisation de la ville sous la juridiction  de Valence, en vertu de laquelle il dépossède les Maures de tous leurs biens et propriétés, qu’il livre aux nouveaux colons chrétiens. Cette mesure favorisera la consolidation démographique et économique de la ville, initiant une période de prospérité.

Entre 1294 et 1307, l’Ordre des Templiers construit le château actuel sur l’ancienne citadelle musulmane. Ce seront Fra ‘Berenguer de Cardona, Maître de l’Ordre du Temple en Aragon et Catalogne, et Fra’ Arnaut de Banyuls, Commandeur de Peñíscola, qui impulseront la construction. Les écussons des deux nobles se retrouvent dans les bandes héraldiques au-dessus de l’entrée au château et de la basilique.

Entre les XIVe et XVe siècles, Peñiscola entre dans l’Histoire de la Chrétienté pour avoir accueilli deux Papes durant 19 ans, lors du Grand Schisme d’Occident. Le Pape Luna marquera profondément la ville…

En savoir plus...

Le Grand Schisme d’Occident marquera l’histoire de l’Église Catholique Romaine par l’existence simultanée de deux et jusqu’à trois Papes. Pedro Martínez de Luna monte sur le trône papal en Avignon sous le nom de Benoît XIII, alors que Rome accueille un autre pape, sous obédience anglaise, allemande et italienne. Désautorisé, le Pape Luna s’exile après bien des tribulations à Peñíscola où sa présence est attestée le 19 mai 1411. Il y installe le siège pontifical, entreprenant des travaux destinés à transformer en véritable palais un édifice jusqu’alors exclusivement militaire. Il y organise une magnifique bibliothèque. Le Pape Luna, abandonné par la plupart de ses soutiens politiques mais convaincu de sa légitimité, meurt le 23 mai 1423. Son successeur, également aragonais, est Gil Sánchez Muñoz, deuxième pape de Peñíscola sous le nom de Clément VIII. Son règne termine par son abdication en 1429, mettant ainsi un terme au Grand Schisme d’Occident.

C’est en 1578 que l’architecte militaire de Philippe II, Giovanni Battista Antonelli, termine les défenses de la ville, l’un des exemples les plus importants de fortification de la Méditerranée. Ces murailles rappellent les murs d’Ibiza. Elles étaient motivées par la grande pression de la piraterie et la menace turque au XVIe siècle… 

En savoir plus...

Après une période de crise locale à la fin du XVIIe siècle, due au changement dynastique des Bourbons, la ville connait l’un des chapitres les plus importants de son histoire. Elle se déclare partisane des Bourbons, sous la direction de son gouverneur militaire, Sancho de Echeverría i Orcolaga.

Le gouvernement de Valence étant favorable à l’aspirant au trône autrichien, comme le reste des territoires de la Couronne d’Aragon, Peñíscola fut donc assiégée pendant deux ans, principalement par des détachements anglais et hollandais. L’un des chapitres les plus connus de ce site étant la « Bataille des tranchées ».

Enfin, après avoir remporté la guerre de Succession d’Espagne Felipe V distingua Peñíscola des titres de « Ville très noble, loyale et très fidèle ». De même, il la bénéficia fiscalement et son conseil fut anobli.

Le souvenir de cet épisode est l’église-ermitage de la Virgen de la Ermitana, construite par Sancho de Echevarría.

Pendant l’occupation napoléonienne, Peñíscola fait l’objet d’opérations militaires pour sa valeur stratégique et militaire. Elle est conquise par le général Suchet le 2 février 1812, la population est expulsée de la citadelle, se réfugiant dans la Sierra de Irta. Reconquise par le général Francisco Javier de Elía le  25 mai 1814, après un bombardement intense qui a dévasté toute la ville.

Au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle, les principales activités économiques de la ville étaient l’agriculture et la pêche. Le vin du terroir est très appréciée et exporté par le port voisin de Benicarló. Suite à l’épidémie de phylloxéra, les cultures locales se concentrent sur le caroubier, l’olivier et l’amandier.

En 1922, la construction du port de pêche est achevée, infrastructure très demandée par le secteur en raison du nombre de décès qui se produisaient régulièrement parmi les pêcheurs en raison des tempêtes.

Après la Guerre Civile, qui cause à Peñíscola de lourdes pertes, une nouvelle activité économique qui apparaissait timidement au début du siècle se popularise: le tourisme. La popularité de Peñiscola explose avec le tournage de deux films, Calabuch (1956, de Luis García Berlanga) et surtout Le Cid (1962, Anthony Mann), qui fait connaître la ville dans le monde entier.

Actuellement le Tourisme est le principal moteur économique de la ville, et suppose une transformation permanente de celle-ci.

UNE BALADE DANS LA VIEILLE VILLE MÉDIÉVALE

Le Bufador

Fissure naturelle dans les roches de 7 m de long, produite par l’érosion de la mer. Les eaux entrent et sortent au rythme des vagues provoquant des soufflements, spectaculaires les jours de forte houle et mauvais temps.

Le phare de Peñíscola

Situé à côté du château de Pape Luna, et construit en 1892. Il se compose d’une tour octogonale de 11 m de haut et d’un bâtiment annexe de deux étages. Sa lumière atteint trente-cinq milles nautiques. Il est toujours habité et en service, avertissant de la proximité de l’imposant rocher. Il s’agit du phare où vivait le scientifique protagoniste du film Calabuch (1956) tourné à Peñíscola.

Le Château du Pape Luna

Le château de Peñiscola est une forteresse solide et sobre construit par les Templiers à la fin du XIIIe siècle. Ses murs en pierre sculptée et ses voûtes en berceau sont suspendus au-dessus de la falaise à plus de 60 mètres au-dessus de la mer. Benoît XIII, le pape Luna, l’a transformé en résidence papale, ajoutant des chambres au XVe siècle. Plus tard, Philippe II l’a transformé en forteresse d’artillerie. Déclaré Monument Historique et Artistique en 1931. On ne compte plus ses apparitions cinématographiques en films et séries telles que Game of Thrones.

Église Notre-Dame de l’Ermitage

Attenant au château, la construction actuelle date du XVIIIe siècle. Dédiée à Sainte Marie, elle possède une image qui, selon la tradition, a été donnée par l’apôtre Santiago. La place principale, le superbe escalier et la place de l’église, sont le théâtre chaque mois de septembre de danses et représentations lors des fêtes patronales.

Parc de l’Artillerie

Ancien espace à usage militaire, cerné par les murailles médiévales et Renaissance, ce qui en fait un lieu imprenable avec une vue magnifique. Ici se trouve la poudrière du XVIIIe siècle et le magnifique jardin botanique avec des espèces de flore indigène. À l’intérieur du parc d’artillerie, de juin à septembre, se tient une exposition d’oiseaux de proie avec des démonstrations de vol.

Le Port de pêche

Jusqu’en 1920, l’eau atteignait la muraille et la pêche avait lieu sur la plage nord à la Porteta. Tout au long du XXe siècle, jusqu’en 1981, le port a été construit et modifié pour lui donner l’aspect qu’il a actuellement, avec deux jetées de protection, deux quais pour amarrer les navires de pêche et un marché où le poisson fraîchement pêché est vendu aux enchères, du lundi au vendredi.

Perdez-vous sans vous presser dans les ruelles étroites de la vieille ville. Restaurants, hôtels, boutiques de souvenirs, artisanat, petits cafés où voir passer le temps… et les touristes.

Qu'allez-vous faire à Peñiscola ?

PLAGES ET CALAS

Des kilomètres de plages sable fin, mais aussi des calas méconnues.

Au sud de Peñiscola se trouve le Parc Naturel de la Sierra d’Irta. Cet espace naturel de 12.000 hectares est à découvrir absolument.

Ce parc naturel est formé par une chaîne de montagnes parallèle à la côte sur 15 km dans laquelle se trouvent des falaises, des plages et des criques. Voir la carte ci-contre).
 

En savoir plus...

Le plus haut sommet de 572 mètres est celui des Campanilles et la proximité de la mer ne permet pas la formation de grands ravins, étant le plus long le Barranco de Irta sur 6 km. Il a une végétation indigène riche et variée. Toute une flore méditerranéenne typique se développe, formant de véritables groupes de plantes d’une importance écologique et forestière remarquable.
Le maquis méditerranéen est la formation végétale dominante et il existe des espèces végétales d’intérêt qui peuvent être trouvées à la fois près de la côte et dans les ravins qui vont à l’intérieur des terres depuis les montagnes.
De la faune, il convient de mentionner la présence d’oiseaux marins, d’amphibiens et des espèces de mammifères les plus communs qui sont généralement plus difficiles à observer.
Il y a plusieurs sentiers de randonnée que nous pouvons effectuer à travers le grand espace naturel qu’est la Sierra de Irta. Vous pouvez le faire à pied, de nombreux chemins sillonnent ces montagnes basses. Le VTT est une autre possibilité, sachant que certains chemins sont parfois à demi défoncés. Mais c’est sur ses plages et criques que la Sierra d’Irta impressionne.

Centro d’Interpretation du Parque Natural de La Sierra de Irta

Avda. Estación s/n, Km 1,5

Tels. 964 467 596 – 679 196 398

www.parquesnaturales.gva.es

GASTRONOMIE

La tradition maritime de Peñiscola, ainsi que la culture maraîchère et agricole de la zone, sont la base de la cuisine traditionnelle et de la gastronomie peñiscolanes.

Certains plats ne se trouvent qu’ici. Dans la cuisine peñiscolane se distinguent l’all i pebre de lotte ou de poulpe (polpet), le suquet de poisson ou remescló, la paelleta, ainsi que les fruits de mer, les escargots de mer (caragol punxent), les moules, les écrevisses, etc.

Les différents plats de riz dans leurs variétés de fruits de mer, arrosejat ou arroz a banda, paella et fideuà, sont également une partie fondamentale de l’alimentation de ces terres. Comme un plat typique du ragoût local a l’olleta.

Plat traditionnel « Suquet de Peix »

La Recette du Suquet de Peix

La sauce Suquet est  typique de certaines zones côtières de la Communauté valencienne, et particulièrement appréciée à Peñiscola. Elle a été créée par les pêcheurs qui, à la fin de leur journée en mer et au pied du bateau, préparaient un ragoût simple pour lequel ils utilisaient le poisson détérioré donc invendable.

D’une saveur intense et une couleur rougeâtre due à l’utilisation du safran, elle est utilisée exclusivement pour préparer le traditionnel « Suquet de poisson ». (Poissons et fruits de mer cuits à la sauce suquet).

Les ingrédients peuvent varier, mais il s’agit principalement de morceaux de poissons relativement gros tels que le mérou, la dorade, la rascasse ou le sébaste, la lotte ou même l’anguille dans les proportions souhaitées accompagnées de pommes de terre et d’une sauce suquet. L’une des caractéristiques de ce plat est que le poisson doit être de la viande dure, parfois un certain type de fruits de mer est également incorporé, comme les crevettes, etc … en fonction de la zone de pêche.

Ingrédients:

  1. Poisson du jour (mérou, dorade, scorpion ou sébaste, lotte)
  2. Fruits de mer crevettes, escargots de mer, calmar, seiche…
  3. Fumet de poisson (têtes et arêtes de poisson, oignon, tomates, feuilles de laurier)
  4. Pommes de terre
  5. Sel.
  6. Poivre.
  7. Laurier.

Pour hacher ou triturer (majada ou picada):

  1. Amandes
  2. Ail
  3. Persil
  4. Safran
  5. Tranches de pain frit

Préparation:

Préparer le fumet de poisson dans une casserole avec la tête et les arêtes du poisson auquel nous pouvons ajouter un oignon coupé en quartiers, des tomates et une feuille de laurier.

Dans un récipient à part, fates revenir un oignon, deux ou trois têtes d’ail avec une feuille de laurier. Une fois frit, baisser le feu et ajouter une ou deux pommes de terre en rondelles. Couvrir de fumet de poisson et laisser cuire 8 à 10 minutes. Ajoutez ensuite le poisson  et terminez la cuisson du tout. Une dizaine de minutes, pas plus. Ajouter le « picado » ou « majada » jusqu’à obtenir une sauce épaisse. Terminer par le safran. Le pain permet de rectifier la texture.

Certain pêcheurs accompagnent ce plat d’alioli « negado » (alioli + fumet)

Caragol Puntxent

Les Caragols punxent (litéralement «escargot pointus») se pêchent sur les côtes méditerranéennes. Aussi appelé Cañailla, il s’agit de l’escargot de mer. 

La Recette du Caragol Punxent
  1. L’escargot est laissé dans de l’eau salée froide afin qu’il perde le sable quelques heures auparavant.
  2. Il est ensuite nettoyé à l’eau froide du robinet.
  3. Porter de l’eau à ébullition dans une casserole.
  4. Ajouter 70 grammes de sel par litre d’eau.
  5. Lorsque l’eau boue, introduire les escargots et attendre qu’elle bouillisse à nouveau.
  6. Une fois en ébullition, le temps commence à être compté et quand il atteint 12 minutes, retirer les escargots: ils sont prêts ! 

À déguster tel quel ou avec une sauce romescu , voire un bon alioli…

AGENDA

  • Juillet et août: Festival de théâtre classique du château de Peñíscola.
  • Août: Festival international de musique ancienne et baroque.
  • Septembre: dans la salle gothique du château et dans l’auditorium et le palais des congrès de la ville, série de concerts de musique classique.
  • Fin d’année: Marché médiéval dans la zone fortifiée, et dans les jardins du château, les membres de la paroisse représentant un portail de crèche vivante.
  • Juillet: Festival International de Jazz.

Voir les infos sur ce site.

Conseil municipal de Peñíscola
Département de tourisme
Pl. Ayuntamiento s/n
12598, Peñíscola
Castellón (Spain) – Tel. +34 964 480208

Horaires d’ouverture des points d’information touristique

Été:
Du lundi au dimanche: de 10.00h à 20.00h
Pâques, avril, mai, juin, fin septembre et début octobre:
Du lundi au vendredi: de 10.00h à 19.00h
Samedis et jours fériés: de 10.00h à 14.00h et de 16.30 à 19.00 h
Le reste de l’année:
Du lundi au samedi de 09.30h à 17.30h
Dimanches et jours fériés de 10.00h à 13.30h